Malone03 est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du nord-est. Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu des Américains et leurs influences sur notre microcosme m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.

Drogue : Ouverture de la première salle de shoot expérimentale

Mise à jour d'un "article " écrit en 2010.

Matignon a donné son accord pour expérimenter la première salle de consommation de drogues à Paris...

10.10.2013
Mauvaise nouvelle pour le gouvernement du côté des salles de consommation de drogue à moindre risque. Le ministère de la santé a dû informer, jeudi 10 octobre, que le Conseil d’État "recommande d'inscrire le dispositif dans la loi". Autrement dit, que la position de l'institution remet en cause la stratégie adoptée pour expérimenter ce que ses opposants appellent une "salle de shoot". Celle-ci devait ouvrir, en novembre, dans le 10e arrondissement de Paris. Jeudi matin, France Inter a dévoilé la position du Conseil d’État.  .


.
Le 11 août 2010 La Ministre Roselyne Bachelot, réaffirmait en marge d'une visite à l'hôpital de Bayonne  son intérêt pour l'ouverture de "centre de consommation supervisé" où les toxicomanes auraient pu s'injecter de la drogue sous surveillance médicale. La Ministre avait ouvert le débat le 19 juillet 2010 à Vienne. Or, le Premier Ministre François Fillon a rejeté "sèchement" l'ouverture d'un débat malgré des réflexions divergentes au sein de l'UMP. 

Le refus du Premier Ministre dérange car le problème se pose toujours et les discussions seront reportées. Donc, elles reviendront tôt ou tard "sur la table". 
.
Aujourd'hui, un peu plus de deux ans plus tard, le 6 février 2013, Matignon a donné son accord pour expérimenter la première salle de consommation de drogues à Paris.

L'expérience suisse l'avait démontré malgré une certaine réticence des Cantons latins (Départements). On se souvient que la Confédération helvétique a été particulièrement touchée à la fin des années 80. On se souvient de le scène ouverte de la drogue à Zurich car les images ont fait le tour du monde. Il y avait à la "Platzspitz", le lieu de rendez-vous situé entre la Limmat et Sihl, plus de 3000 consommateurs. Ce fut le résultat d'une tolérance politique et policière. 

Cette concentration de consommateurs provoqua de la délinquance, de la prostitution, des foyers de contaminations (VIH, hépatite) et bien évidemment des overdoses. Puis, le 5 février 1992, il y a eu répression et fermeture du parc jouxtant le Musée National, les toxicomanes se sont éparpillés, puis se sont retrouvés près de la gare du Letten.

Les autorités ont cherché des solutions, ce fut un échec. La Suisse, s'est engagée sur une nouvelle voie et les autorités ont mis une politique innovante se basant sur quatre piliers :

1) Le pilier « prévention » contribue à la réduction de la consommation de drogues en évitant que les gens ne se mettent à en consommer et ne développent une dépendance.

2)Le pilier « thérapie » contribue à la réduction de la consommation de drogues en permettant de sortir d’une dépendance ou à en préserver la possibilité. Elle contribue en outre à la promotion de l’intégration sociale et de la santé des personnes traitées.

3)Le pilier « réduction des risques » contribue à minimiser les effets négatifs de la consommation de drogues sur les usagers et – indirectement – sur la société en rendant possible une consommation entraînant moins de problèmes individuels et sociaux.

4)Le pilier « répression et régulation du marché » contribue, par des mesures de régulation servant à appliquer l’interdiction des drogues illégales, à réduire les effets négatifs de la consommation de drogues. Source : Office fédéral de la santé publique.

Ce programme ne s'est pas mis en place en un seul jour. Par exemple, la prescription médicale d'héroïne a été acceptée par le peuple suisse le 13 juin 1999.

Extrait de l'allocution de la présidente de la Confédération Ruth Dreifuss (16 avril 1999): 

"(...) La politique fédérale de la drogue dans son ensemble a déjà reçu par deux fois au cours des deux dernières années un large soutien du peuple et des cantons. La prescription médicale d'héroïne fait partie intégrante de la politique des quatre piliers, c'est une des formes de thérapie proposée aux toxicomanes, réservée uniquement aux personnes les plus gravement dépendantes, âgées de 18 ans au moins, et qui ont échoué avec d'autres thérapies.(...) www.infoset.ch

La dernière loi fédérale sur les stupéfiants a été votée en 2008: Le souverain a confirmé "la politique des quatre piliers" par 68% des votants.

Alors, Madame la Ministre Roselyne Bachelot est-elle trop en avance ? Je ne sais pas...



I skuggan av värmen est film tiré d'un roman autobiographique de Lotta Thell publié 2002.

Eva, agent de sécurité à Stockholm, est dépendante à l’héroïne. Elle le cache à son employeur et à ses collègues. Elle entame une relation passionnée avec Eric, un policier, à qui elle parvient à dissimuler son secret… jusqu’à être confrontée à des événements difficiles. Quand Eric découvre son addiction, il refuse de l’abandonner. Source : CNRS