Malone03 Bourbonnais est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du Nord-Est comme Sorbier, Vaumas Châtelperron, Saint-Léon, Saint-Pourçain-sur-Besbre ou Thionne... Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.

Roman Polanski : Critique de l'émission d' "Un jour un destin : les secrets d'une fuite" présentée par Laurent Delahousse.

Critique de l'émission "Un jour un destin : les secrets d'une fuite" présentée par Laurent Delahousse 
,
Synopsis :

L'émission commence par l'explication d'un homme qui marche depuis la rue Montaigne à Paris, cette personne rejoint un palace des Champs-Elysées  où dans une suite est installé un écran de cinéma... Un homme regarde attentivement avec ses proches la 75ème remise des Oscars. Un acteur apparaît à l'écran, il est chargé de donner le nom du meilleur réalisateur. L'acteur a tourné dans le "Fugitif" d'Andrew Davis en 1993. Harrison Ford annonce l'Oscar du meilleur réalisateur qui est attribué à Roman Polanski. Roman n'était pas présent pour des raisons évidentes, mais il se trouvait dans ce palace des Champs-Elysées.
 .
Quand Harrison Ford a dit : "J'accepte l'Oscar pour lui", une pluie d'appel téléphonique s'est mis à retentir des USA, de la France, Roman Polanski recevait les compliments de ses amis, ses confrères, ses proches. Il était six heures du matin.

.
Darius Rochebin et Roman Polanski sur une chaîne concurrente : rsr.ch

Au matin de sa vie, le jeune Roman habitait avec son père, sa mère et sa sœur à Cracovie. Le 3 mars 1941, sa sœur lui montre le début de la construction du mur où 18'ooo juifs seront entassés, emprisonnés. Roman ne supporte pas cet enfermement, il passe régulièrement sous les barbelés "voler" quelques instants de liberté. En 1941 commence les déportations, il assiste aux exécutions sommaires, les poings fermés, sa mère enceinte sera raflée et déportée au camp d'Auschwitz. Le jeune Roman se réfugie avec sa peine dans une salle de cinéma où l'on projette des films muets. Roman Polanski vend même sa collection de timbre afin d'acheter un projecteur... Le 13 mars 1943, les nazis "vident" le ghetto de Cracovie, son père le fait passer sous les barbelés et lui dit de fuir, de courir au plus vite, au plus loin. Il commençait à devenir un fugitif.

Sa mère morte enceinte à Auschwitz, il retrouvera son père, un rescapé des camps. Puis en 1964, il arrive à Londres, il apprend l'anglais et surtout il prépare un film, il choisira pour son casting Catherine Deneuve. "Répulsion" sortira en 1965 en Angleterre. Cet homme ressemblant physiquement à Tintin est agité, dynamique, il ne peut rester calme, il s'amuse tout en travaillant avec sérieux, avec rigueur. Il commence à sortir du noir le plus profond, enfin.

Il reçoit une offre pour réaliser un film aux États-Unis, il cherche des acteurs, une actrice répondant au nom de Sharon Tate est sur la liste mais il n'en veut pas, il préfère une autre mais son producteur impose Sharon, il organise une rencontre avec Roman et Sharon. Il est toujours aussi perfectionniste et toujours aussi peu convaincu mais Sharon sait que ce rôle est "fait pour elle", elle tombe sous le charme de Polanski, sa soeur Debra Tate nous rapporte ceci : " Elle (Ndr. Sharon Tate) a rencontré un drôle de petit génie"... Sharon tournera dans "le Bal des vampires"...


Un liaison amoureuse est née et le travail continue pour Roman, Hollywood le contacte, la Paramount lui propose de trouver un film... ce sera Rosemary'baby, un thriller-fantastique où il  est question d'un viol par le diable... Dès ce moment et selon l'émission présentée par Laurent Delahousse, Roman commence à avoir une réputation de réalisateur "choquant", il est tout simplement en osmose avec son époque.

De cet amour avec Roman viendra une nouvelle, une nouvelle que Sharon Tate n'osera annoncer à Polanski, elle le dira d'abord à sa sœur Debra Tate :" Frangine, je suis enceinte". Roman n'est pas très enthousiaste, nous sommes le 12 janvier 1969. Il n'est pas enthousiaste car il voit une belle carrière se dessiner pour Sharon, de plus ils ont de nombreux projets professionnels ensemble.

En juillet 1969, ils se retrouvent à Londres, enceinte de sept mois elle retourne aux States, par bateau car  l'avion lui est interdit à cause de sa grossesse. Elle prendra le 12 juillet 1969 le "Queen Mary". Debra l'accueillera le 8 août 1969.
,
Roman téléphonera tous les jours à sa femme, puis il décide de retourner dans leur maison au 10050 Cielo Drive de Beverly Hills. La "Maison de l'amour" ainsi baptisée par Sharon. Mais Roman Polanski ne pourra pas partir de suite car il a un problème de visa... Le 8 août 1969 (date côte Est des USA, le 9 août pour Gmt 0) Debra essaya de joindre sa sœur par huit fois... Le téléphone sonna occupé. Le lendemain elle apprenait la mort de Sharon Tate, assassinée comme la mère de Roman alors qu'elle était enceinte.1)

Gene Gutowski nous décrit ce qu'il a vu, suite à l'annonce de l'assassinat, Roman Polanski se tapait la tête contre les murs, il était comme perdu. Roman a posé cette question à Gene : "Elle savait combien je l'aimais ?". Roman est rentré en Californie, il était sous sédatifs, la sœur de Sharon a dit : "Il était comme un robot"... Polanski n'était que l'ombre de lui-même... pourtant la presse s'acharnait sur lui, l'accusant même d'avoir commandité le crime. Arrivé aux USA, il évita la presse quittant l'aéroport par une issue secrète. Gene Gutowski s'occupa des journalistes et fit une déclaration. Roman se réfugia dans un lieu alors secret à la Paramount. Il y resta  quelques jours alors que la presse continuait à se déchaîner contre lui. Il restera caché pendant quatre jours jusqu'aux obsèques de sa femme... le 13.08.1969. Le 19.08.1969, après un long silence, il convoqua la presse qui le croit toujours impliqué. La conférence de presse eut lieu devant 200 journalistes où il fut empli d'émotion, s'arrêtant pour reprendre son souffle, cacher ses larmes tout en restant digne. Mais une certaine presse doute toujours, Polanski prendra deux décisions :

1) S'éloigner de celle-ci.
2) Se soumettre au détecteur de mensonge.

Le détecteur de mensonge le met hors de cause. Polanski continue avec Debra Tate ses investigations pour retrouver le ou les coupables, une enquête parallèle à celle de la police.

Une détenue fera une confidence à sa compagne de cellule : "J'ai tué Sharon Tate" la codétenue avertira la police... Susan Atkins avouera avoir tué l'épouse du cinéaste, le meurtre fut commandité par Manson. Susan Atkins décédera d'un cancer en septembre 2009.

Suite à ces événements tragiques Roman quittera l'Amérique, une année après il fait une apparition avec le directeur et fondateur (1953) de la revue Playboy Hugh Marston Hefner qui lui commandera le film "Macbeth" (1971). Roman se noiera dans le travail.

Après, la sortie de "Chinatow" (1974), il recrute pour des photographies destinées au  journal "Vogue",  des jeunes femmes d'allure sexye et effrontée. Il sera accusé par le mère de Samantha Gailey de viol. M. Wells était chargé de l'enquête, le juge Rittenband avait trouvé six chefs d'accusation. Un seul a été retenu : relation sexuelle avec une mineure.
.k
Polanski passera un mois et demi en détention pour évaluation psychiatrique, il devait en passer trois mois mais ils se sont vite aperçus que Roman n'était pas "un malade sexuel". Mais Rittenband, le juge des vedettes d'Hollywood voulait accroché un nouveau trophée et il convoqua Roman Polanski le 1er février 1978. Polanski ne se présenta pas. Roman s'enfuit de la vindicte populaire, journalistique et juridique pour Londres et sous les conseils de Gene Gutowski, Roman Polanski partit pour Paris. Georges Kiejman son avocat et ami pensait à juste titre qu'il ne pouvait pas être extradé, tout au plus jugé à nouveau.

A Paris, Polanski est traqué par les photographes, il se terre dans son appartement puis se sentant à l'étroit, il prépare un plan pour quitter l'appartement. Il ""évadera" dans le coffre d'une voiture... Et, se fera photographier, en février 1978 mettant fin à une interminable traque.

A cette époque il lit le livre, le Pianiste de Władysław Szpilman... Il partira  en Pologne, pour le tournage. Polanski revivait ses expériences douloureuses. Tout son staff était ému aux larmes. Roman comme à son habitude cachait ses émotions... On connaît la suite, Palme d'Or à Cannes en 2002, Césars en 2003, Oscars en 2003 etc...
.

Harrison Ford acceptant l'Oscar 2003 pour R. Polanski
Le documentaire aurait pu s'arrêter là... Mais sa vie connaît de perpétuels rebondissements,  il est arrêté en Suisse, le 29 septembre 2009 à l'aéroport de Zürich-Kloten. Il fera deux mois de prison, puis de la résidence  surveillée  dans son chalet à Gstadt où il arrive le 4 décembre 2009. Il sera libéré le 12 juillet 2010. Le dossier du Juge Gunson n'a pas été produit au DFJP et le principe de bonne foi prévu par la Constitution helvétique, a aussi prévalu.


Critique :


Un documentaire instructif sur un cinéaste, à mon sens atypique. Quelques questions me viennent à l'esprit : Pourquoi écrire à la fin du documentaire que : "le juge Rinttenband est dessaisi du dossier pour irrégularités alors que ce juge est décédé en 1993 ? Pourquoi ne pas avoir souligner le rôle de Gunson dont les documents de son audition avec Roman Polanski ne sont jamais arrivés en Suisse ? Quant à Peter Espinoza ? Il n'a pas voulu de jugement par contumace.


A part ces quelques réserves, c'est un très bon documentaire présenté par le tout aussi sympathique que professionnel Laurent Delahousse. Un documentaire inédit de Laurent Allen-Caron et Fabien Boucheseiche.


1) Selon la pierre tombale de S. Tate l'enfant devait s'appeler Paul Richard Polanski

a

Bienfaits du miel de tilleul

Bienfaits de la fraise

Recette confiture de mûres

Apiculture respectueuse | Miel de l' Allier | Hubert Regnier | St-Léon

Recette fondue auvergnate

RECETTE SALADE DE PISSENLIT