Malone03 est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du nord-est. Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu des Américains et leurs influences sur notre microcosme m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.

Dette grecque: constat de faillites à Bruxelles de Patrick Apel-Muller

Dette grecque: constat de faillites à Bruxelles de Patrick Apel-Muller 21 juillet 2011


Les flammes commençaient à lécher les frontières des grands pays de l’Union européenne; il fallait bien que Nicolas Sarkozy et Angela Merckel trouvent un accord sur la dette grecque. Suffira-t-il? Rien n’est moins sûr. Les mesures arrêtées viennent trop tard comme si les dirigeants européens reculaient pied à pied mais sans plus pouvoir résister à la pente. Ils finissent par accepter ce qu’ils refusaient hier avec hauteur et qui se situe largement en dehors des clous de ce que prévoyaient les traités de Maastricht et de Lisbonne. Le monde libéral idéal qu’ils prétendaient dessiner se dissipe: il s’avère convulsif, implacablement vorace et destructeur. Sa crise est devenue endémique et ses poussées de fièvres à peine calmées par les potions de la Commission et des chefs d’Etat.

Si après l’avoir tant décriée, l’intervention publique devient de mise pour Bonn et Paris, elle reste enserrée dans les rais des marchés financiers. La transformation de dettes en obligations offrira à nouveau de juteux bénéfices à ces fonds mercenaires qui se précipitent, ici sur un dépeçage d’entreprise ou là sur le pillage d’une nation. Nous le prouvons aujourd’hui, Madame Bettencourt, ses héritiers pressés et ses amis du CAC 40 n’ont pas tremblé hier. Les Hedgefunds où prospèrent leurs pactoles trouveront encore à croître et multiplier au fur et à mesure que la facture de l’austérité sera présentée aux peuples. 91% des revenus des 100 Français les plus riches proviennent d’actions et d’obligations... Alors qui s’engraisse sur les dettes d’Etat? Qui bénéficie de la soumission des dirigeants européens à l’égard des marchés financiers? Qui se frotte les mains quand les services publics sont bradés pour payer les aventures des banques et de gros intérêts? Qui tire profits du report de la retraite, des bas salaires, des fins de mois qui commencent le 15, des baisses d’impôt sur le capital et la fortune? Une commission parlementaire pourrait utilement enquêter sur le mauvais sort fait à notre économie et aux citoyens. Elle pourrait citer précisement les noms de ceux qui apportent leurs capitaux aux fonds pillards. On peut en avoir une petite idée en se souvenant que durant les quinze dernières années les patrimoines des 500 premières fortunes professionnelles françaises ont progressé six fois plus vite que la richesse nationale et que de 2010 à 2011 le nombre des milliardaires français (en dollars) a augmenté de 16,7% selon le baromètre Forbes.

L’épée de Damoclès de la dette continuera à peser au dessus de nos têtes tant que le pouvoir de nuisance des marchés financiers ne sera pas circonscrit et qu’une politique de croissance durable ne sera pas engagée. La Banque centrale européenne, plutôt que de prêter à des taux ridiculement bas aux banques et aux spéculateurs, ferait mieux de réduire la dette en appuyant les Etats par une création monétaire. et un Fond de développement qui parierait sur un nouvel âge industriel, social et écologique. L’Europe doit taxer les transactions financières et dégonfler les frais financiers qui gonflent les emprunts d’Etat. Plus généralement, devant la faillite de la construction européenne actuelle, il faut rebâtir une relation nouvelle entre les peuples d’Europe, qui allie les souverainetés populaires pour plus d’efficacité et de solidarité, qui privilégie l’intérêt général, au lieu de réserver les décisions aux cénacles libéraux qui peuplent Bruxelles. Il ne s’agit plus de gagner du temps mais de changer d’époque.

Patrick Apel-Muller  Directeur de la rédaction de L'Humanité depuis décembre 2008.