Allier - Commerces - Apiculture - Tourisme - Nature - Maison et jardin - Recettes

Malone03 Bourbonnais est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du Nord-Est comme Sorbier, Vaumas Châtelperron, Saint-Léon, Saint-Pourçain-sur-Besbre ou Thionne... Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1958 : L' Auvergne pépinière des champions d'automobile comme Jacques Féret, Guy Monraisse ( Rallye de Monte-Carlo 1958), et Louis Raffalovich

L' Auvergne pépinière des champions d'automobile.
-
En feuilletant des vieilles revues, des magazines d'autrefois, à la recherche d'un article signé Jacques Bergier, je suis tombé sur un "Constellation" de 1958 où il y est relaté la victoire de Jacques Féret et de Guy Monraisse (Constellation n°121, mai 1958). Un article intéressant qui concerne des sportifs talentueux originaires de la Région Auvergne, du Cantal et de l'Allier. En voici quelques extraits :

"Notre ville avait déjà ses hommes illustres. Le Président Paul Doumer, (22 mars 1857 à Aurillac - 7 mai 1932 à Paris) assassiné par Gorlofff, est né ici. Nous lui avons élevé une belle statue, avenue de la République. Le champion cycliste Antonin Magne est aussi enfant du pays. L'Auvergne en est fière. Lui aussi aura sa statue. Guy Monraisse et Jacques Féret auront la leur, on peut en être sûr, car, en remportant le Rallye de Monte-Carlo,  ils ont bien mérité de la ville d'Aurillac"
.

"Tels sont les propos que m'a tenu le coiffeur de la place du Square. Et, avec lui, tous les Aurillacois son d'accord. Les deux champions ne sont pourtant pas démonstratifs. Le climat rude du Cantal modèle, paraît-il, ses habitants à son image. Mais cette victoire du sport automobile a dégelé Aurillac. Le chef-lieu du Cantal s'est découvert aussi exubérant que Nice ou Rio à l'heure du Carnaval...
-
Avant d'être un triomphe français, le Rallye de Monte-Carlo a été une victoire auvergnate. L'Auvergne attendait l'occasion de faire comprendre au monde de l'auto un fait mal connu : le Cantal est la région de France où l'on conduit le mieux. Les routes vertigineuses constituent la meilleure des pistes d'essai. Ici, les voitures ne cessent de rouler que lorsque les chasse-neige eux-mêmes ne peuvent passer. La victoire de Monraisse et Féret dans le 27 e rallye le plus terrible depuis que l'épreuve existe, confirme cette opinion du sud de la Loire :"Les chauffeurs se recrutent au pays où se danse la bourrée.
é
Cette année au départ ils étaient 342 concurrents. A l'arrivée du rallye de Monte-Carlo ils n'étaient que  38... La neige, la glace et le brouillard avaient donné leur revanche aux athlètes, aux virtuoses du volant, ceux qui savent jusqu'où pousser les limites du risque.

Seuls les champions gagnaient les rallyes de Monte-Carlo d'antan. Jacques Féret, 35 ans, et Guy Monraisse, 25 ans, vainqueurs de cette 27 e épreuve sont des champions qui font équipe depuis  1953."
.
Pierre Accoce l'auteur de l'article, Auvergne : pépinière des champions d'auto, cite ensuite une liste impressionnante de courses auxquelles participèrent Jacques Féret et Guy Morasse d'abord sur une 4 CV 1063,  puis sur la Renault Dauphine. Il nous rapporte, entre autres anecdotes, celle-ci que je vous colporte :
.
" - Elle marchait bien notre "1063", dit Guy Monraisse. Aux Mille Miles, en 1954, nous l'avons poussée jusqu'à 170 km/h... Mais cette performance exceptionnelle nous a coûté cher : les quatre bielles "coulées" d'un coup, à 200 km de l'arrivée! Nous étions alors largement en tête, les premiers de notre catégorie."

Ensuite, Pierre Accoce, nous explique la genèse de la rencontre entre ces deux grands champions, et leur donne la parole comme ici à Jacques Féret : "Nous avons gagné le rallye de Monte-Carlo en Auvergne. Ses virages n'ont plus de secrets pour nous. Sur certaines de ses routes, je piloterais les yeux fermés. Mais c'est en Ardèche, dans les 1000 km de l'épreuve de classement que nous avons définitivement assuré notre victoire."  Soutenir, 17 heures durant, une moyenne comprise entre 60 km/h et 64 km/h en montagne, sur la neige et la glace, était un jeu pour Monraisse et Féret, les plus forts. "J'ai la vitesse dans le sang, monsieur. Et je vends des tracteurs toute l'année, à Riom, dans le Puy-de-Dôme. Je suis condamné au 25 à l'heure. Les rallyes sont ma libération" expliquait Jacques Férer.
é
Il ajoutait : "Tous les jours trop de lettres me rappellent ma double vie. Des cocasses, et d'autres, émouvantes comme celle de Louis Raffalovitch, soixante-dix-huit ans, de Vaumas, dans l'Allier qui nous félicita en premier de notre succès à "Monte-Carlo"...


Louis Raffalovich, sur une Renault, un bolide de  6 mètres, à 100 km/h remporta les "12 heures de New-York en 1919...


Et voilà comment d'une simple recherche  sur un grand Résistant, Jacques Bergier, j'en suis arrivé à parler de Jacques Féret, Guy Monraisse et de la Renault Dauphine ...
s 

Bienfaits du miel de tilleul

Bienfaits de la fraise

Recette confiture de mûres

Apiculture respectueuse | Miel de l' Allier | Hubert Regnier | St-Léon

Recette fondue auvergnate

RECETTE SALADE DE PISSENLIT