Malone03 est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du nord-est. Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu des Américains et leurs influences sur notre microcosme m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.

Jean-Luc Roméro élu francilien, de passage à Clermont-Ferrand, a réaffirmé son combat pour la légalisation de l'euthanasie.

A l'occasion d'un débat sur l'euthanasie organisé à Clermont-Ferrand, vendredi soir, Jean-Luc Roméro, Président de l'association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), était l'invité du journal de 12h et rediffusé au 19-20 sur France 3 Auvergne. Interrogé par Jérôme Doumeng, il a rappelé la nécessite, selon lui, de "légaliser l'euthanasie et le suicide assisté dans notre pays". Source principale France 3 Auvergne.
.

.
Il est également l'auteur du livre "Les Voleurs de liberté " Editions Florent Massot (septembre 2009) : "Vincent, Hervé, Maïa, Chantal, Rémy, Eluana, ces prénoms résonnent toujours dans le coeur des Français. Ils nous ont tous émus par leur sincérité et par la justesse de leurs cris et de leurs demandes d'être délivrés d'une vie devenue absolument insupportable. N'étaient-ils pas les mieux placés - et les seuls - pour juger de l'utilité ou non de continuer à vivre ? Et vous, comment voyez-vous votre fin de vie ? Il y a quelques mois, j'ai écrit sur un petit carnet noir la limite au-delà de laquelle je ne souhaite pas aller. J'ai écrit les outrages de la maladie que je ne tolérerai pas. J'en ai déjà tellement subi au point d'accepter les déformations de mon corps et de mon visage que le sida et ses traitements m'ont infligées jour après jour depuis plus de vingt ans. Je lis et relis chaque jour ces lignes pour m'assurer que la maladie ne m'a pas encore amené à ces limites que je juge intolérables. Je me battrai sans relâche pour une loi républicaine, pour une loi qui assure enfin à chacun d'entre nous, en fin de vie, la liberté, l'égalité, la fraternité. Les voleurs de liberté ne gagneront pas. Ils ne nous voleront pas notre dernière liberté ! Ils ne vous voleront pas votre dernière liberté !"
 .
Voir sur le même thème : 
Pour ou contre l'euthanasie ? Michèle Causse & Rémy Salvat / reportage
.