Malone03 Bourbonnais est un blog sans prétention où il est question du département de l'Allier, en fait de quelques communes du Nord-Est comme Sorbier, Vaumas Châtelperron, Saint-Léon, Saint-Pourçain-sur-Besbre ou Thionne... Mais pas seulement . Il est aussi question de recettes, d'informatique, de cartes postales, de métiers anciens, d' adresses d'artisans et de commerçants, d'hommages et de jardinage... Il y a 1050 messages publiés dont la qualité n'est pas égale, et Vous chères lectrices et chers lecteurs Vous trouverez tous les messages ici par ce lien. Malone03 fête ses dix ans d'existence au mois de juillet 2017. Il fut une sorte de pionnier dans la région, aujourd'hui toutes les communes, toutes les entreprises possèdent leur site et leur blogue... donc il a fallu s'adapter et les histoires des anciens, du petit caillou inconnu m'intéressent comme beaucoup d'entre Vous.

La Véritable histoire du sapin de noël

En France, le sapin de Noël, ou arbre de Noël, a été mentionné pour la première fois en Alsace, le 21 décembre 1521, dans la ville de Sélestat. Les archives de la Ville à cette date en témoignent. L’arbre, couvert de pommes rouges et de lanternes, symbolisait " La lumière qui illumine le monde ".

Ce 21 décembre la ville attribuait 4 schillings aux gardes forestiers pour qu’ils veillent sur les sapins de la forêt en période de Noël. La ville de Sélestat devait dépenser cet argent pour protéger ses bois contre les dommages causés par les habitants locaux qui souhaitaient décorer leur arbre de Noël. Plutôt que de ne décorer qu’une branche, les habitants de Sélestat décoraient l’arbre entier – qui était pendu au plafond –, lançant ainsi une nouvelle coutume qui allait traverser les siècles et les continents.

Le sapin est un choix idéal car il ne perd pas ses aiguilles pendant l’hiver, ce qui en fait un double symbole d’espoir et de vie éternelle. C’est une tradition plus séculaire que celle de la crèche de noël, et donc plus appréciée par les pays protestants comme l’Allemagne du Nord et la Scandinavie. La tradition du sapin de Noël a donc été stimulée par la Réforme.

Dans la seconde moitié du 16e siècle, les leaders de la Réforme refusèrent d’utiliser la crèche de noël. Ils encouragèrent plutôt le développement de la tradition de l’arbre puisqu’elle ne représente ni Jésus, ni aucun autre personnage biblique. Martin Luther a suggéré que l’arbre de Noël pouvait être un symbole de l’arbre de la vie du Jardin d’Éden.

L’Alsace, la Lorraine et l’Autriche faisaient partie du monde germanique, la tradition du sapin de Noël y a donc survécu aux 17° et XVIII° siècles alors qu’elle ne passait pas les frontières du Royaume de France. La Reine Marie Leszczyńska, épouse polonaise du Roi Louis XV, a importé la tradition à Versailles, avec très peu de succès. Encore une fois, dans les années 1830, la belle-fille allemande du Roi Louis-Philippe, la duchesse Hélène Louise de Mecklembourg-Schwerin, a installé un sapin de Noël dans le Palais des Tuileries, sans grand succès. Ce n’est qu’avec la Guerre Franco-Prussienne (1870-71) que l’arbre a commencé à devenir populaire en France. C’était dû à la foule des immigrants qui fuyaient les régions de Lorraine et d’Alsace, refusant de devenir prussiens. Ils ont amené avec eux la tradition germanique de l’arbre et, dans les années 1930, l’arbre était devenu un élément à part entière des festivités de Noël dans tous les foyers français.